• SAINT GILLES CROIX DE VIE

    SAINT GILLES CROIX DE VIESaint-Gilles-Croix-de-Vie est une commune française, située sur la Côte de Lumière dans le département de la Vendée et la région Pays de la Loire.

    Elle est née en 1967 de l'unification de deux communes situées de part et d'autre de l'embouchure de fleuve de la Vie : Saint-Gilles-sur-Vie et Croix-de-Vie.

    Réputée pour son important port de pêche spécialisé notamment dans la sardine, Saint-Gilles-Croix-de-Vie est également classée station balnéaire depuis 1982.

    SAINT GILLES CROIX DE VIE

    Station balnéaire (7 425 habitantsChef-lieu de Canton (45.000 hab.)

    Port de pêche et Port de plaisance de 1 100 anneaux

    Cité maritime animée 12 mois sur 12, Saint Gilles Croix de Vie constitue aujourd’hui l’un des pôles majeurs du littoral vendéenMalgré son succès, elle a su conserver, son âme, l’âme d’une ville accueillante et chaleureuse, où règne toute l’année une vraie douceur de vivre.

    Haut lieu de la voile et de la plaisance, Saint Gilles Croix de Vie affiche fièrement le visage d’une cité au charme incomparable. Ses plages de sable fin, ses vieux quartiers, ses cinq marchés hebdomadaires, ses villas coquettes, ses ports de pêche et de plaisance au cœur même de la ville… tout concourt à affirmer son caractère authentique et pittoresque.

    Forte de cette identité maritime, Saint Gilles Croix de Vie est aussi un pôle économique attractif. Les chantiers navals et les conserveries ont initié au début du XXème siècle la dynamique industrielle de la ville, marquée aujourd’hui par la prospérité de ses entreprises phares.

    UN PEU D'HISTOIRE

    De Saint Gilles à Croix de Vie

    Le site de Saint Gilles fut d’abord occupé par les Romains lors de la conquête de la Gaulle par Jules César. Mais on ne retrouve les traces de l’existence de Saint Gilles qu’au XIIIe siècle. Au cours des siècles qui vont suivre, la population installée à l’embouchure de la Vie va connaître un essor important, notamment grâce à une activité commerciale (sel et blé) et portuaire florissante. La fin du XVIe et le début du XVIIe voient naître Croix de Vie qui deviendra paroisse en 1690.

    L’épisode révolutionnaire

    Les troubles vendéens de 1793 touchèrent peu la région. En revanche, la seconde révolte de 1815 provoqua des affrontements entre les Giras (républicains) et les Croix de Viots (fidèles à la couronne). Louis de la Rochejacquelin, frère d’Henri, débarqué à Croix de Vie, mourra durant la bataille des Mattes. À cette séparation idéologique entre les deux localités vient s’ajouter une séparation naturelle que constitue la rivière « La Vie ».

    Bien que reliées par un « gué » et des barques qui permettaient de rares échanges entre les deux communes, il fallut attendre 1836 qu’un pont soit créé. En 1838 s’opèrent les premières transactions entre les deux communes, mais ce n’est qu’en 1967 que les deux rives de la Vie fusionnent pour devenir Saint Gilles Croix de Vie.

  • Suite au débarquement important de la précédente église construite en 1610 et sur la demande des paroissiens de Croix de Vie, le 10 mars 1895, l'évêque de Luçon donne son accord pour la construction d'une nouvelle église.

    EGLISE SAINTE CROIX

    EGLISE SAINTE CROIX

     Les travaux débutent vers 1895.

    L'ancien cimetière entourant la première église, est déplacé plus au Nord, sur un terrain donnant sur la Vie.

    Dans un premier temps, seuls les batiments de l'église sont édifiés, puis, fin 1897, c'est au tour du clocher, grâce, notamment, à un emprunt de 10 000 francs. L'ensemble, de style romano-byzantin est bâti selon les plans de M.Menard, architecte nantais.

     EGLISE SAINTE CROIX

    EGLISE SAINTE CROIX

    EGLISE SAINTE CROIX

    EGLISE SAINTE CROIX

    Eglise Sainte Croix

    Eglise Sainte Croix

    Eglise Sainte Croix

    Eglise Sainte Croix

    Eglise Sainte Croix

    Eglise Sainte Croix

    Eglise Sainte Croix

     

    Légende de Notre Dame du Bon Port :

    Eglise Sainte Croix

    Eglise Sainte Croix

     

    La chaire de l'église Sainte Croix :

    Dans cette église, la chaire monumentale attire les regards.

    Eglise Sainte Croix

    Un angelot situé au-dessus de l'escalier nous donne sa date de naissance: 1896.

    Eglise Sainte Croix

    Son auteur est un tailleur de pierre du pays A.Léon des Ormeaux. Son portrait et son blason sont dans l'escalier, au-dessus d'une image du port de Croix de Vie, avec dans le fond, les clochers de St-Gilles et de Ste-Croix.

    Eglise Sainte Croix

    Cette chaire est habitée par une foule de personnages et de figures symboliques. Il y a de même, dans l'escalier, le buste du curé de l'époque, l'abbé Richard.

    Eglise Sainte Croix

    Eglise Sainte Croix

    Eglise Sainte Croix

    Eglise Sainte Croix

    Eglise Sainte Croix

    Eglise Sainte Croix


    votre commentaire
  • Situé en plein cœur de la cité maritime, le port de plaisance de Saint Gilles Croix de Vie, Port la Vie, dispose de 1 000 anneaux à flot sur pontons et de 160 places d’escale.

    Port la Vie c’est aussi l’accueil des grands événements nautiques tels que la Vendée Saint-Pétersbourg ou les étapes de la Solitaire du Figaro.

    Le Port de Plaisance

    Le Port de Plaisance

    Le Port de Plaisance

    Le Port de Plaisance

    Le Port de Plaisance

    Port la Vie

    Au milieu du Port, de petits canots permettent d'accèder aux embarcations non amarrées aux pontons...

    Le Port de Plaisance

    Le Port de Plaisance

    Quelques bateaux en cours d'entretien... à quai

    Port la Vie

    Port la Vie

    Port la Vie

    Quelques animations et décorations égayent le site

    Port la Vie

    Port la Vie

    Port la Vie


    2 commentaires
  • Côté mer

    Activités nautiques

    Activités nautiques

    Activités nautiques

    Côté mer

    Côté mer

    Côté mer


    votre commentaire
  • La vocation maritime de Saint Gilles Croix de Vie ne date pas d’aujourd’hui. En effet, dès la fin du XVIe siècle, le port sert d’escale à de nombreux navires venus d’Angleterre, d’Espagne ou de Hollande. Des bateaux gillocruciens partent pour pêcher la morue sur les côtes de Terre-Neuve.

    LE PORT DE PECHE

    La pêche à la sardine apparaît dans la région et sur la côte atlantique au XVIIe siècle. Dans la première moitié du XVIIe, les Maures introduisent une technique de pêche qui va profondément bouleverser la vie économique de la région : la pêche au filet droit, permettant la capture de grandes quantités de sardines.

    LE PORT DE PECHE

    Grâce à ce procédé, la pêche à la sardine connaît un fort développement à la fin du XVIIIe siècle, renforcé par l’intervention des procédés de conservation, et notamment la conserve à l’huile en 1840. La conserverie rend l’industrie sardinière prospère. En 1888, il coexiste 13 conserveries sur le secteur, contre deux aujourd’hui, Gendreau et Vif Argent.

    LE PORT DE PECHE

    Le XIXe siècle est donc l’âge d’or de la sardine. Le port se dote d’installations importantes. En 1870, on comptait 70 chaloupes et en 1879 quelques 210 !

    En 1925, l’apparition de la pinasse à moteur marque une évolution considérable et double les rendements. En 1960, la totalité de la flottille sardinière qui s’élève à 50 unités abandonne le filet droit, alors que les premiers appareils détecteurs ultrasons apparaissent. Peu à peu, de nombreux bateaux se convertissent à la pêche au thon.

    LE PORT DE PECHE

    Alors que la pêche à la sardine disparaît presque entièrement des Sables d’Olonne, à l’Ile d’Yeu et à Noirmoutier, les marins de Saint Gilles Croix de Vie maintiennent l’activité sardinière. Aujourd’hui, le port de Saint Gilles Croix de Vie est en bonne place au niveau des ports de pêche français avec une tradition sardinière bien ancrée. En 1990, par amour pour le petit poisson argenté, s’est même créée la Confrérie de la Sardine.

    LE PORT DE PECHE


    votre commentaire
  • Le 20 janvier 1837, 16 capitaines du port avaient formulé la première demande officielle d'établissement d'un feu de port qui pourrait être apercu à deux ou trois lieues en mer et placé à l'extrémité du Môle de Croix de Vie.

    La Tour du Vieux Môle fut probablement le premier phare du port. Munie à sa partie supérieure d'une ballustrade et d'un feu, elle indiqua l'entrée du port jusqu'en 1875.

    LA TOUR JOSEPHINE

    La tour servit ensuite de dépôt pour les explosifs des Ponts et Chaussées d'ou l'usage du nom de Tour à dynamite.

    La tradition orale nomme aussi cette tour Tour Joséphine, ce qui confirme l'hypothèse selon laquelle elle daterait du Consulat ou du début de l'Empire.

    LA TOUR JOSEPHINE

    Une coutume voulait que les nouveaux mariés se rendent sur le môle et fassent une ronde au pied de l'édifice. C'était un présage de bonheur ! Le 20 décembre 2000, la Tour Joséphine, plus ancienne construction maritime de la cité, a retrouvé sa couronne et sa lanterne.


    votre commentaire
  • L'église de Saint Gilles est très ancienne. Elle a subi de nombreuses transformations au cours des siècles.

    EGLISE DE SAINT GILLES

    La première église a été construite au IXème siècle: probablement une église fortifiée bâtie par des moines venus de St-Michel-en-l'Herm. A cette époque, la mer baignait les murs (n'oublions pas que les quais ne datent que du milieu du XIXème siècle).

    En l'an 1120, une bulle du Pape Callixte II mentionne St Gilles sur la liste des abbayes et prieurés dépendant de St-Gilles-du-Gard. Qui était St-Gilles? Un noble athénien qui après avoir distribué ses biens aux pauvres était venu en Gaule. Il vécut d'abord en ermite dans une forêt du Gard, puis fonde un monastère. Il vécut jusqu'en 720 et fut l'un des saints les plus populaires au Moyen-Age. Ses disciples fondèrent à leur tour de nombreuses abbayes et prieurés.

    De cette première église, il ne reste que les premières assises du gros pilier Nord qui soutient le clocher.

    EGLISE DE SAINT GILLES

    Elle fut détruite par les Anglais au début du XIVème siècle et probablement reconstruite par eux un peu plus tard, c'est pourquoi on l'appelle église des Anglais...

    Vinrent les guerres de religion. Les protestants s'acharnèrent sur cette église; seuls le bas-côté et la tour du clocher subsistèrent. En 1613, les Catholiques de St-Gilles réédifièrent leur église. Mais on refit pas le bas-côté Sud, on se contenta d'élargir la nef centrale que l'on ferma par une lourde muraille dans laquelle on ouvrit des fenêtres ordinaires sans meneaux, en anse de panier. Pas de Voûte, mais un simple tillage.

    EGLISE DE SAINT GILLES

    Pendant la Révolution de 1793, elle servit à loger les soldats, de grenier à foin, de Temple de la Raison. Mais dès la fin de la Révolution, elle fut rendue au culte et en 1871, on la restaure lui donnant sa forme actuelle. En 1977, la Municipalité et la paroisse la restaurèrent.


    votre commentaire