• LA VENDEE

    La tradition rapporte que la première église de Mareuil aurait été fondée au lieu-dit Les Gabares, par des mariniers. La découverte en ce lieu, vers 1870, de deux cimetières superposés (dont le plus ancien contenait des restes de mobilier funéraire cher aux Gallo-Romains) semble confirmer ce fait. 

    Plus tard, la primitive église, faite probablement en bois, ayant été incendiée ou démolie, aurait été transférée au lieu où se trouve l'actuelle Eglise Saint Sauveur, qui, vraisemblablement, serait la troisième.

    A travers son histoire :

    • An 877, les Normands remontent le Lay, pillent l'église et le bourg, incendient et ravagent. Leurs incursions se poursuivent pendant plus de 80 ans.
    • Début XIIIe siècle, l'église est achevée.
    • 1564, les troupes protestantes exercent leurs premiers pillages dans les lieux et biens religieux du pays. Mareuil est l'une des paroisses les plus touchées.
    • Début 1568, les troupes protestantes parachèvent la destruction.

    JARD SUR MERL'Eglise de Mareuil sera réparée, vaille que vaille et réutilisée pour le culte.

    • Au XVIIè, un retable de granit sera dressé dans l'abside cachant les colonnes et une partie des fenêtres. Il sera détruit au début XIXè.
    • le 3 mai 1793 : les troupes républicaines occupent Mareuil et le pillent.
    • 28 mars 1794 : le Général Huché, qui commandait à Luçon, obéit au Général Turreau. Il ordonne au commandant de poste des Moutiers (qui dirige le 3ème bataillon de la Vienne) d'incendier Mareuil. Ordre exécuté pour l'église et beaucoup de maisons situées sur le bord du Lay.
    • 1802 : Un rapport officiel déclare que l'église est réduite aux seuls murs. Ils peuvent supporter une charpente.
    • 1803 : la charpente est rétablie
    • 1820 : le pavement est refait
    • 1824 : le mur du Nord est refait
    • Entre 1855 et 1858 : l'architecte départemental Clair execute un redoutable plan de restauration et refait la façade. On place les vitraux.
    • 14 juillet 1877 : l'Eglise est classée et la construction du nouveau clocher est entreprise.

    Toutefois, une faute professionnelle fût commise en construisant un clocher trop lourd sur une croisée non restaurée. Après l'apparition de lézardes en 1879 et de dangereuses chutes de pierres en 1887, sans crédit, l'église sera condamnée aux échaffaudages et aux étais pendant plus de 30 ans.

    Ce n'est qu'en 1921 que l'on retrouve enfin les crédits nécessaires et que les travaux reprennent.

    Ce bâtiment vieux de 8 siècles reprit totalement vie après 3 ans de chantier entre 1964 et 1967.

    JARD SUR MER

    L'actuelle église Saint-Sauveur, se dresse dans le joli cadre offert par un promontoire rocheux surplombant une boucle du Lay. 

    VENDEE : Surprises

    Comme toutes les églises romanes, elle fut construite en respectant certaines règles, certains symboles :

    VENDEE : SurprisesPour se rapprocher du ciel et dans la mesure du possible, les architectes recherchaient un lieu élevé. Ainsi, elle fut édifiée sur un piton rocheux, un puy qui surplombe le Lay.

    L'orientation traditionnelle EST - OUEST fut respectée. Il est important que la communauté priante soit tournée vers l'est, vers le soleil levant, image de Jésus vrai lumière du monde.

    La présence du coq correspond au même symbole. Comme il avertit l'homme des premières lumières de l'aurore, le croyant attend le signal lumineux du retour de Jésus.

    A l'opposé, l'ouest symbolise les ténèbres, le monde profane.

    En franchissant la porte principale, le chrétien quitte le monde des ténèbres et franchit le seuil qui marque le passage entre le monde profane et le monde sacré, le monde divin.     

    VENDEE : Surprises

    Bien que l’édifice ait été détruit et reconstruit à plusieurs reprises, une de ses parties, nommée le Narthex, date du XIe siècle. Elle témoigne du style roman du XIIe siècle.

    La réparation du clocher, du cœur et de la façade ouest furent entrepris en 1877 sous l’impulsion de L’abbé Guerineau.Le clocher ainsi remanié est beaucoup plus pentu que le clocher d'origine.

    VENDEE : Surprises

    Les divisions verticales de la façade sont accusées par deux fortes colonnes triples.

    VENDEE : Surprises

    Horizontalement trois sections peuvent être distinguées.

    Le rez-de-chaussée est occupé par la porte centrale ornée de motifs géométriques. Le premier étage est formé de trois baies en plein cintre dont deux aveugles. 

    VENDEE : Surprises

    Le second étage comprend le pignon aux arcatures aveugles et une rosace sculptée de motifs géométriques et de grappes de raisin. 

    VENDEE : Surprises

    mareuil

    mareuil

    L'abside circulaire et les petites absidioles - du XIIe siècle - sont d'une grande sobriété.

    VENDEE : Surprises

    VENDEE : Surprises

    Les ouvertures en ogive

    VENDEE : Surprises

    VENDEE : Surprises

     JARD SUR MER

    JARD SUR MERUn pape en Pays Mareuillais :

    Depuis 1299, l'Archevêque de Bordeaux est Bertrand de Got (portrait ci-contre).

    Il a une visite à faire dans les évêchés de sa circonscription.

    Il vient le vendredi 23 avril 1305 : il prêche, confirme, tonsure en l'église du prieuré de Mareuil.

    Il sera élu comme pape le 15 juin 1305, la veille de la Pentecôte, sous le nom de Clément V.

    barre

    Légende de l'Eglise :

    Le Sacristain et archéologue Ferdinand Mandin qui, sa vie durant, a récolté des monnaies anciennes et antiques dans les champs de la commune et du canton, les aurait mises dans un pot de terre, caché parmi les pierres qui murent l'une des portes de l'église du bourg.


    votre commentaire

  • VENDEE : Surprises

    L'église de Dissais est une église romane construite au XI et XIIeme siècles, comme en témoigne le mur sud, avec son appareillage en arêtes de poisson, ainsi que la porte d’entrée, en plein cintre, et le petit arc monolithe.

    VENDEE : Surprises

    Au XVème siècle, l'église Notre Dame de Dissais est entièrement remaniée : la façade avec son grand oculus et des contreforts d'angle couverts en bâtière.

    VENDEE : Surprises

    Elle est ruinée pendant les Guerres de Religion (1562-1578) et reconstruite avec son clocher actuel au XVIIème siècle.

    VENDEE : Surprises

    A quatre reprises, l'Evêque de Luçon visite la paroisse de Dissais en 1681, 1697, 1724 et 1778.

    Le 25 prairial de l'an VI (13 juin 1798), l'église est vendue comme bien national à Madame Julie du Bouex de Villemort, veuve Charles François Sabourin, seigneur de Dissais.

    JARD SUR MER

    Louis Brochet écrivait en 1911, dans son oeuvre Le canton de Mareuil sur Lay à travers l'histoire :

    " Un bâtiment rectangulaire sans toit qui donne asile aux animaux impurs, des plantes parasites, un tombeau d'autel ombragé par un ormeau, le caveau des anciens seigneurs de Dissais rempli d'eau, quelques pierres tombales, une croix pattée, les restes de la tourelle conduisant au clocher, des contreforts du XVè siècle, des murs le long desquels le lierre étend ses mouvantes draperies, voilà tout ce qui reste de ce lieu de prière. On ne saurait vraiment visiter ces vieilles églises ruinées sans emporter, en les quittant, un profond sentiment de tristesse. Il est pénible, en effet, de songer que les cris sinistres des hiboux et les voix discordantes des corneilles remplacent seuls désormais, dans les sanctuaires profanées, les prières que les moines disaient pour les bienfaiteurs dont les restes gisent sans honneur parmi les décombres."

    Les ruines de l'église sont inscrites à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en 1930.

    Dès sa création en 1978, l'Association Culturelle du Pays Mareuillais tente de retrouver les nombreux propriétaires.

    Le problème juridique est réglé en 1991 par une expropriation officielle des domaines au profit de la commune de Mareuil sur Lay-Dissais.

    L'église, entièrement restaurée en 1993, devient un monument commémoratif des trois batailles de 1793 devant Luçon, géré par l'ACPM.


    votre commentaire
  • Mareuil et les bords du Lay, sous la neige, le 2 décembre dernier...

    LA VENDEE

    LA VENDEE

    LA VENDEE

    LA VENDEE

    LA VENDEE

    LA VENDEE


    votre commentaire
  • Erigé sur un tertre rocheux, le calvaire domine le bourg de Mareuil sur Lay, au nord-est.

    LA VENDEE

    Il est élevé sur un haut socle à contreforts.

    LA VENDEE

    Edifié à l'initiative du Curé Crochet, il est bénit le 29 avril 1865 par Monseigneur Collet, évêque de Luçon.

    LA VENDEE

    Souvent ébranlé par les tempêtes, il est consolidé à plusieurs reprises. Jusqu'aux années 1960, il a fait l'objet de processions, lors des grandes fêtes religieuses.

    LA VENDEE


    votre commentaire
  • NEWSInauguration officielle du blog "Que le monde est beau - Sportbilly2" sous sa nouvelle forme. J'espère que ça vous plaira !

    Compte tenu de la météo très peu clémente ces dernières semaines, je n'ai pu me promener à gré pour vous ramener de nouveaux clichés... mais j'ai d'ores et déjà préparé de nombreux articles qui n'attendent plus que leurs illustrations ; alors n'hésitez pas à revenir me voir de temps à autre !


    votre commentaire