• MAREUIL SUR LAY-DISSAIS

    VENDEE : Edifices Religieux

    RETOUR VERS ACCUEIL 

    Mareuil sur Lay-Dissais

    Mareuil sur Lay-Dissais est la commune qui a vu naître et grandir 5 générations de ma famille. Autant vous dire que j'y suis particulièrement attachée. 

    MAREUIL SUR LAY-DISSAISCe chef-lieu de canton du centre sud de la Vendée abrite quelques 2700 habitants, les Mareuillais. Entourée par les communes de Péault, Bessay et La Couture, Mareuil-sur-Lay-Dissais est située à 22 km au Sud-Est de la Roche-sur-Yon la plus grande ville des environs. 


    Située à 6 mètres d'altitude, Le fleuve le lay, la rivière la smagne, la rivière de marillet sont les principaux cours d'eau qui traversent la ville.

    MAREUIL SUR LAY-DISSAISCouplée depuis le 1er janvier 1974 avec la commune de Dissais, Mareuil sur Lay s'appelle aujourd'hui Mareuil sur Lay Dissais.

    Si vous êtes amateur en oenologie, vous connaissez sans doute les vins de Mareuil, AOC. En effet, les vignobles mareuillais sont réputés. L'autre grand pôle d'activité de la commune est la laiterie.

    Je vous invite à découvrir cette commune tranquille au fil des articles suivants, notamment à travers ses édifices religieux et son environnement naturel.

  • Comme souvent, l'étymologie du nom "Mareuil" est discutée. Il semble toutefois que, en s'appuyant sur une origine gauloise, la signification de ce mot se rapproche soit de "grand espace découvert, grande clairière" soit "voisin de grands bois". Ces deux sens étant finalement assez voisins. Quoiqu'il en soit, le pays de Mareuil est habité depuis le néolithique comme le prouvent les découvertes de haches polies et d'objets en bronze.   C'est donc de cette époque où l'homme commença à se sédentariser que daterait le premier habitat mareuillais. Puis se succédèrent les Celtes, les Gaulois, les Gallo-Romains ... Les premiers habitants s'installèrent sur un piton rocheux entre le Lay et le Marillet, aujourd'hui, rue de l'Ouche du Fort.

    Mareuil fut aussi au carrefour des voies romaines : Le chemin "vert" venant de Fontenay et se dirigeant vers Jard. La voie reliant Nallier et le nord par Thorigny ou Nallier et le nord ouest par Le Tablier, Nesmy, Aubigny, Beaulieu ... Ces routes existent encore de nos jours mais sont devenues des axes secondaires.

    A cette époque la mer remontait presque jusqu'à Mareuil. Le Lay et abritait un véritable port avec tous les avantages qui en découlent. De par sa situation privilégiée, lieu de passages routier et fluvial, centre de transit portuaire Mareuil était donc la plaque tournante du commerce et le premier point pour traverser le Lay depuis la mer. 

    Il faut d'ailleurs noter que toute la région fut fortement influencée par la présence de la mer. Pour visualiser la situation ancienne et situer Mareuil dans la géographie de l'époque, il suffit de prendre une carte actuelle et de remplacer toutes les zones de marais par la mer. On découvre les particularités géographiques de Mareuil mais aussi de toute la région. On situe les grandes abbayes notamment celle de Saint Michel en l'Herm qui influença fortement le développement du territoire. La carte ci-dessous permet de situer Mareuil dans son environnement :

    JARD SUR MER

    Partant de leur île, les moines de Saint Michel en l'Herm (les michelins) évangélisèrent plus particulièrement les régions accessibles par voie d'eau. C'est ainsi  qu'ils s'établirent à Saint Benoît, Grues, Curzon, ... et aussi Mareuil et ses environs, Saint André sur Mareuil, Dissais, Beaulieu, La Couture, La Claye. Ils furent à l'origine non seulement de la foi chrétienne mais aussi de la mise en valeur du pays. Leur présence et les établissements qu'ils fondèrent façonnèrent la personnalité et la mentalité des habitants pour de longues années.      

    Habité depuis l'époque celtique, Mareuil sur Lay possède une destinée mouvementée, riche en événements et en personnages marquants. La découverte de la ville et des villages voisins qui forment son canton présente un intérêt certain : 

    - Le monastère des Moutiers sur Lay, autour duquel se forma le bourg fut transformé en château fort au Moyen Age. Cette petite ville fut également la résidence des évêques de Luçon.

    - Le château féodal de Mareuil et ses puissants seigneurs comme Guy de la Trémoïlle, baron de Mareuil, conseiller et chambellan du roi vers 1380.


    Des épisodes douloureux, des périodes troublées ont marqué son histoire. Soulignons les conséquences du traité de Brétigny qui fit de Mareuil une possession anglaise et entraîna le siège du château par Du Guesclin; les traces laissées par les guerres de religion et les guerres de Vendée...    

    Ce sont le pont, le château et les anciens chemins qui avaient déterminé la configuration du bourg depuis le XIV et le XV siècle.

    mareuil

    Le plan de masse ci-dessous vous permet de constater l'implantation communale en 1704.

    plan de masse

    Au XIXè siècle, le transfert du port, le percement de la grande route de la Roche-Luçon-La Rochelle décentrent le bourg et le bas bourg vers la nouvelle voie de communication.

    Le port disparaissant, les bâtiments et aménagements disparaissent également. La fin de la seigneurie et de l'importance du Château permet la construction libre des pentes de la colline. On dessine ou redessine alors des places. De nouvelles maisons bourgeoises s'élèvent, d'autres se rénovent. Des hôtels deviennent maisons particulières ou dépendances... seul le marché demeure !

    Mareuil, chef lieu du département ?

    La question avait déjà été soulevée en 1789. A ce moment, Fontenay et Luçon convoitaient la promotion. Mareuil ne bougea pas. Les deux autres cités se livrèrent à une querelle jalouse et pittoresque qui n'aboutit à rien.

    L'Empire réanima la discussion. Mareuil fut de nouveau dans les rangs. Mais, à juste titre, il n'apparut pas militairement le mieux placé : il n'était pas assez enfoncé dans le pays considéré comme turbulent pour faire un efficace camp retranché et un centre rapide de distribution des troupes. La Roche sur Yon offrait incontestablement le meilleur emplacement. D'où la suite : plan de ville nouvelle et utilitaire à la Roche, et à partir de ce choix, plan de routes droites avec possibilités militaires à travers la Vendée. 

    Les mareuillais n'en n'ont pas, semble-t-il, fait une maladie !

    JARD SUR MER

    Ceci est un résumé de l'histoire de Mareuil. Ceux qui souhaiteraient plus de détails pourront lire : 

    • TROIS AIGLES D'AZUR AU CŒUR PROFOND DE LA VENDEE- de Maurice MAUPILIER - Le Cercle d'Or 
    • MAREUIL SUR LAY ET SES ENVIRONS - réimpression de l'ouvrage parut en 1911 - de Louis Brochet - Res Universis      
    • L'A C P M (Association Culturelle du Pays Mareuillais) donne des renseignements historiques sur Mareuil et son canton dans sa revue "Au Fil du Lay". 

    RETOURNER A LA RUBRIQUE 


    votre commentaire
  • LA VENDEE

    La tradition rapporte que la première église de Mareuil aurait été fondée au lieu-dit Les Gabares, par des mariniers. La découverte en ce lieu, vers 1870, de deux cimetières superposés (dont le plus ancien contenait des restes de mobilier funéraire cher aux Gallo-Romains) semble confirmer ce fait. 

    Plus tard, la primitive église, faite probablement en bois, ayant été incendiée ou démolie, aurait été transférée au lieu où se trouve l'actuelle Eglise Saint Sauveur, qui, vraisemblablement, serait la troisième.

    A travers son histoire :

    • An 877, les Normands remontent le Lay, pillent l'église et le bourg, incendient et ravagent. Leurs incursions se poursuivent pendant plus de 80 ans.
    • Début XIIIe siècle, l'église est achevée.
    • 1564, les troupes protestantes exercent leurs premiers pillages dans les lieux et biens religieux du pays. Mareuil est l'une des paroisses les plus touchées.
    • Début 1568, les troupes protestantes parachèvent la destruction.

    JARD SUR MERL'Eglise de Mareuil sera réparée, vaille que vaille et réutilisée pour le culte.

    • Au XVIIè, un retable de granit sera dressé dans l'abside cachant les colonnes et une partie des fenêtres. Il sera détruit au début XIXè.
    • le 3 mai 1793 : les troupes républicaines occupent Mareuil et le pillent.
    • 28 mars 1794 : le Général Huché, qui commandait à Luçon, obéit au Général Turreau. Il ordonne au commandant de poste des Moutiers (qui dirige le 3ème bataillon de la Vienne) d'incendier Mareuil. Ordre exécuté pour l'église et beaucoup de maisons situées sur le bord du Lay.
    • 1802 : Un rapport officiel déclare que l'église est réduite aux seuls murs. Ils peuvent supporter une charpente.
    • 1803 : la charpente est rétablie
    • 1820 : le pavement est refait
    • 1824 : le mur du Nord est refait
    • Entre 1855 et 1858 : l'architecte départemental Clair execute un redoutable plan de restauration et refait la façade. On place les vitraux.
    • 14 juillet 1877 : l'Eglise est classée et la construction du nouveau clocher est entreprise.

    Toutefois, une faute professionnelle fût commise en construisant un clocher trop lourd sur une croisée non restaurée. Après l'apparition de lézardes en 1879 et de dangereuses chutes de pierres en 1887, sans crédit, l'église sera condamnée aux échaffaudages et aux étais pendant plus de 30 ans.

    Ce n'est qu'en 1921 que l'on retrouve enfin les crédits nécessaires et que les travaux reprennent.

    Ce bâtiment vieux de 8 siècles reprit totalement vie après 3 ans de chantier entre 1964 et 1967.

    JARD SUR MER

    L'actuelle église Saint-Sauveur, se dresse dans le joli cadre offert par un promontoire rocheux surplombant une boucle du Lay. 

    VENDEE : Surprises

    Comme toutes les églises romanes, elle fut construite en respectant certaines règles, certains symboles :

    VENDEE : SurprisesPour se rapprocher du ciel et dans la mesure du possible, les architectes recherchaient un lieu élevé. Ainsi, elle fut édifiée sur un piton rocheux, un puy qui surplombe le Lay.

    L'orientation traditionnelle EST - OUEST fut respectée. Il est important que la communauté priante soit tournée vers l'est, vers le soleil levant, image de Jésus vrai lumière du monde.

    La présence du coq correspond au même symbole. Comme il avertit l'homme des premières lumières de l'aurore, le croyant attend le signal lumineux du retour de Jésus.

    A l'opposé, l'ouest symbolise les ténèbres, le monde profane.

    En franchissant la porte principale, le chrétien quitte le monde des ténèbres et franchit le seuil qui marque le passage entre le monde profane et le monde sacré, le monde divin.     

    VENDEE : Surprises

    Bien que l’édifice ait été détruit et reconstruit à plusieurs reprises, une de ses parties, nommée le Narthex, date du XIe siècle. Elle témoigne du style roman du XIIe siècle.

    La réparation du clocher, du cœur et de la façade ouest furent entrepris en 1877 sous l’impulsion de L’abbé Guerineau.Le clocher ainsi remanié est beaucoup plus pentu que le clocher d'origine.

    VENDEE : Surprises

    Les divisions verticales de la façade sont accusées par deux fortes colonnes triples.

    VENDEE : Surprises

    Horizontalement trois sections peuvent être distinguées.

    Le rez-de-chaussée est occupé par la porte centrale ornée de motifs géométriques. Le premier étage est formé de trois baies en plein cintre dont deux aveugles. 

    VENDEE : Surprises

    Le second étage comprend le pignon aux arcatures aveugles et une rosace sculptée de motifs géométriques et de grappes de raisin. 

    VENDEE : Surprises

    mareuil

    mareuil

    L'abside circulaire et les petites absidioles - du XIIe siècle - sont d'une grande sobriété.

    VENDEE : Surprises

    VENDEE : Surprises

    Les ouvertures en ogive

    VENDEE : Surprises

    VENDEE : Surprises

     JARD SUR MER

    JARD SUR MERUn pape en Pays Mareuillais :

    Depuis 1299, l'Archevêque de Bordeaux est Bertrand de Got (portrait ci-contre).

    Il a une visite à faire dans les évêchés de sa circonscription.

    Il vient le vendredi 23 avril 1305 : il prêche, confirme, tonsure en l'église du prieuré de Mareuil.

    Il sera élu comme pape le 15 juin 1305, la veille de la Pentecôte, sous le nom de Clément V.

    barre

    Légende de l'Eglise :

    Le Sacristain et archéologue Ferdinand Mandin qui, sa vie durant, a récolté des monnaies anciennes et antiques dans les champs de la commune et du canton, les aurait mises dans un pot de terre, caché parmi les pierres qui murent l'une des portes de l'église du bourg.


    votre commentaire

  • VENDEE : Surprises

    L'église de Dissais est une église romane construite au XI et XIIeme siècles, comme en témoigne le mur sud, avec son appareillage en arêtes de poisson, ainsi que la porte d’entrée, en plein cintre, et le petit arc monolithe.

    VENDEE : Surprises

    Au XVème siècle, l'église Notre Dame de Dissais est entièrement remaniée : la façade avec son grand oculus et des contreforts d'angle couverts en bâtière.

    VENDEE : Surprises

    Elle est ruinée pendant les Guerres de Religion (1562-1578) et reconstruite avec son clocher actuel au XVIIème siècle.

    VENDEE : Surprises

    A quatre reprises, l'Evêque de Luçon visite la paroisse de Dissais en 1681, 1697, 1724 et 1778.

    Le 25 prairial de l'an VI (13 juin 1798), l'église est vendue comme bien national à Madame Julie du Bouex de Villemort, veuve Charles François Sabourin, seigneur de Dissais.

    JARD SUR MER

    Louis Brochet écrivait en 1911, dans son oeuvre Le canton de Mareuil sur Lay à travers l'histoire :

    " Un bâtiment rectangulaire sans toit qui donne asile aux animaux impurs, des plantes parasites, un tombeau d'autel ombragé par un ormeau, le caveau des anciens seigneurs de Dissais rempli d'eau, quelques pierres tombales, une croix pattée, les restes de la tourelle conduisant au clocher, des contreforts du XVè siècle, des murs le long desquels le lierre étend ses mouvantes draperies, voilà tout ce qui reste de ce lieu de prière. On ne saurait vraiment visiter ces vieilles églises ruinées sans emporter, en les quittant, un profond sentiment de tristesse. Il est pénible, en effet, de songer que les cris sinistres des hiboux et les voix discordantes des corneilles remplacent seuls désormais, dans les sanctuaires profanées, les prières que les moines disaient pour les bienfaiteurs dont les restes gisent sans honneur parmi les décombres."

    Les ruines de l'église sont inscrites à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en 1930.

    Dès sa création en 1978, l'Association Culturelle du Pays Mareuillais tente de retrouver les nombreux propriétaires.

    Le problème juridique est réglé en 1991 par une expropriation officielle des domaines au profit de la commune de Mareuil sur Lay-Dissais.

    L'église, entièrement restaurée en 1993, devient un monument commémoratif des trois batailles de 1793 devant Luçon, géré par l'ACPM.


    votre commentaire
  • Mareuil et les bords du Lay, sous la neige, le 2 décembre dernier...

    LA VENDEE

    LA VENDEE

    LA VENDEE

    LA VENDEE

    LA VENDEE

    LA VENDEE


    votre commentaire
  • Le vieux pont de Mareuil, dont les culées existent encore, livrait passage à l'ancien chemin de Luçon à Mareuil. Il fut édifié en bois, dès l'époque Gallo-Romaine.

    C'était une construction d'échange nécessaire car tout le commerce d'une vaste région passait par ce pont.

    pont

    En cas de besoin, il était doublé un peu plus loin par un bac, mais ce dernier ne semblait pas satisfaire, probablement parce que le Lay grouille et que le bac ne porte pas ce que porte le pont !

    Les seigneurs succéssifs de Mareuil ont protégés attentivement le pont et ont accordés des privilèges aux préposés à sa garde et son entretien. Ils ont aussi instauré des système de péage en droit de passage.

    Mais en 1740, par une de ces innondations dont il garde le secret, le Lay emporta le pont !

    On y fit des réparations urgentes et au début du XIXè puis il fut remplacé par un pont avec tablier en bois.

     

    pont

    Les autorités entendront les plaintes des usagers jusqu'en 1810, année où l'actuel pont de pierre (placé désormais plus en aval) est enfin inauguré.

    mareuil sur lay


    votre commentaire
  • Laissons nous aller, le temps d'une balade sur les bords du Lay.

    VENDEE : Surprises

    Nous voici au pied du Pont.

    VENDEE : Surprises

    mareuil

    De ce petit embarquadère, l'été, partent des balades en canoé...

    mareuil

    Franchissons la barrière....

    mareuil

    Passons le petit chemin à gué...

    mareuil

    Et retrouvons nous au niveau de l'ancien Port, aujourd'hui disparu !

    mareuil

    mareuil

    mareuil

    Traversons, si vous le voulez bien ce que l'on appelle aujourd'hui la "cascade" (pour les nombreuses fois où elle est submergée chaque année, dès que le Lay est en crue) ou la "chaussée"

    Nous voici sur l'autre rive du Lay !

    mareuil

    mareuil

    Sur une petite esplanade, sur laquelle on peut accoster.

    mareuil

    mareuil


    votre commentaire
  • PHOTOGRAPHIES A SUIVRE... PROCHAINEMENT !

    A côté de l'Eglise se trouve, les pieds fortement ancrés dans le roc, le château féodal de Mareuil. Il rappellera, pendant de longs siècles, sous les formes les plus palpables, avec le temple chrétien dont il n'est séparé que par un étroit chemin de ronde, l'alliance intime du clergé et de la noblesse.

     

    Le château commandait le passage du Lay (en surveillant et défendant le passage par l'ancien Pont) au point où la Plaine, le Marais et le Bocage se rejoignent presque. Il était l'un des plus formidables du Bas-Poitou, et en 1571, l'écrivain protestant La Popelinière le considérait comme imprenable autrement que par la famine. 

    An 613 : des Bretons envahissent Mareuil. A cette époque, le château appartient à Sédrégisile, gouverneur d'Aquitaine.

    Août 1372 : Du Gueslcin, qui fait campagne au Poitou, descend vers le château de Mareuil. Ce dernier sera repris plus tard (date inconnue) par les Anglais qui y tiennent garnison en 1431. Cette année là, Jean de Blois, fils de Marguerite de Clisson, met le siège devant le château, pour le Roi de France.

    Déjà, le château est imprenable. Les anglais résistent jusqu'en 1438, où un capitaine du roi, Geoffroy, dit de Mareuil, reprend le château. Les anglais n'y reviendront plus.

    Le Château féodal

    Le château est modernisé par Hervé de Mareuil et adapté jusqu'à la fin XVIè. Il comportait alors :

    - 2 enceintes d'environ 400 m de murs et de tours carrés ou rondes. La seconde comprenait le donjon et des logements,

     - des remparts,

    - 3 douves, dont le plan de masse dessine le tracé et dont les restes ne sont pas encore disparus.

    - une tourelle d'angle (construite fin XV), touche d'élégance !

    - Sous cette citadelle était une prison souterraine où le jour ne pouvait pénétrer.


    La muraille de la rue du Paradis (ci-dessous) relève de l'enceinte fortifiée.

    LA VENDEE

    Deux autres fortifications ont été construites à part (très bien marquées sur le plan de masse):

    - l'Ancien Fort,

    - la Vieille Tour, sur la route des Pineaux, à droite (cette dernière étant demeurée longtemps siège juridique féodal).

    Depuis, le château a été si remanié qu'il ne reste aujourd'hui que des fragments de l'ancien château (cheminées, un profond puit intérieur, des amorces de couloirs souterrains).

     

    JARD SUR MER

    Ci-contre, au milieu de XXème siècle ; ci-dessous, en 2010 (restauré dernièrement par la dernière famille de propriétaires et viticulteurs Mourat).

     

    JARD SUR MER

     

     

     

     

    LE TRESOR DU CHATEAU

    tresor mareuil

    Trouvé dans les douves de l’ancien château de Mareuil-sur-Lay en juin 1844, ce trésor, caché dans un pot en terre cuite, était composé de 12 à 15 kg de monnaies d’argent, des deniers (au moins 15 000 pièces !).

    Près de la moitié du trésor était des deniers dits « à la croix ancrée » frappés par le duc de Bretagne Pierre Mauclerc (1213-1237) à Rennes (6 000 pièces) et Nantes (2 000 pièces).

     

    SOUTERRAINS DU CHATEAU : LEGENDE OU VERITE ?

    LA VENDEEIl n'est pas un château-fort dont on ne dise qu'il possède un souterrain, souvent d'une longueur démesurée et dont l'emplacement mystérieux est bien évidemment oublié de longue date.

    Ainsi, le Château de Mareuil serait relié entre-autres au Château de Talmont, appartenant tout deux, à une époque, à la famille de la Trémoïlle !

    Il existe néanmoins dans ces légendes une certaine part de vérité : nombre de châteaux-forts, de places fortes, de villes et de villages médiévaux ainsi que des églises, possédèrent des aménagements souterrains à usages divers (souterrains-refuges, souterrains de fuite ou à usage militaire tactique) voire tout simplement des lacis de caves étagées sur plusieurs niveaux ou des carrières souterraines qui jadis fournirent la pierre nécessaire aux constructions de surface. 

    Ces cavités sont parfaitement connues et identifiées de nos jours.

    LA VENDEE

     

    Mais des souterrains légendaires de trois ou quatre kilomètres de long, reliant deux châteaux entre eux, n'ont jamais été découverts et ne le seront probablement pas de sitôt... Les historiens des forteresses médiévales considèrent ces questions de souterrains avec beaucoup de circonspection.

    LA VENDEE

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au niveau de Mareuil, on relève encore aujourd'hui, tout au tour de l'enceinte du château, des entrées de caves, ou souterrains obturés !?? 

    http://data0.eklablog.com/sportbilly2/mod_article1970040_4f394c65275a4.jpg


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique